Expositions
Expositions/
13 sep. 2013 - 16 sep. 2013
Orléans

La Maison de l’Architecture du Centre et l’EPCC ESBA TALM (Ecole Supérieure des Beaux-Arts Tours-Angers-Le Mans) avaient organisée une "Projection Monumentale" dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2013 avec des pièces vidéo des artistes Catherine RADOSA et Sandra RICHARD

Les villes sont de singuliers lieux de mémoire, à la fois essentiellement historiques et plus que tout présentes, vivantes : de telle manière que souvent le présent recouvre la réalité historique sous la peau du vivant. Certains regards savent soulever cette peau, pour entretenir son énergie organique, vitale, en ramenant au présent les strates invisibles. Les historiens de la ville et de l’architecture le font de manière savante et méticuleuse, les architectes l’ont souvent à l’esprit, et les artistes savent comment lire, activer, imager cette conscience partagée avec les habitants.

L’histoire qui a fait Orléans, contemporaine comme ancienne, a formé des objets de mémoire denses. Cette marque profonde laissée par la seconde guerre mondiale, et qui est encore très présente dans des souvenirs des derniers témoins, sera racontée à travers d’un grande nombre d’images et de documents provenant des archives publiques (Archives municipales de la ville d’Orléans, Archives départementales du Loiret et du Ministère de l’Ecologie du Développement Durable et de l’Energie). Entre récits de vie et réflexion patrimoniale, Images et Imaginaires de la Reconstruction 1/Orléans fait revenir sur les murs-même du centre ville une mémoire actuelle par la projection de deux créations vidéo grand format, inscrites sur les façades du CRDP, rue Notre-Dame de Recouvrance, à l’occasion des Journées du Patrimoine les 13, 14 et 15 septembre 2013. Les propositions des artistes mettent l'accent sur l'histoire et la mémoire touchant aux premières reconstructions après 1945 dans le centre ville, reconnues comme l’un des premiers chantiers expérimentaux en France, réalisés sous la direction de l’architecte Pol Abraham.

Né du rapprochement de La Maison de l’Architecture Centre, dévolue à la valorisation de l’architecture, et des recherches et expérimentations spécifiques menées au sein d’un établissement supérieur d’enseignement, l'Ecole des Beaux-Arts du Mans (ESBA TALM), le programme réunit les films de deux jeunes artistes, Catherine Radosa et Sandra Richard. L’une et l’autre se sont déjà confrontées à l’image conçue et projetée à l’échelle de l’architecture. Pour Orléans, elles ont puisé tant dans l’archive que dans le témoignage, mais aussi dans leur expérience des lieux et des gens, pour produire des programmes originaux, parcours dans l’imaginaire visuel, entre document, récit et fiction.

Diplômées de l'ESBA TALM et associées au programme de recherche et de création Grande Image Lab, les deux artistes (nées en 1989 et 1984) ont travaillé à plusieurs reprises dans l'espace public concernant la projection à l'échelle de l'architecture et de la situation, avec des musées (MAC/VAL) ou des événements comme la Nuit Blanche à Paris. Sandra Richard oriente souvent sa démarche du côté de la performance et de l'écriture. Catherine Radosa utilise l'image photographique et vidéo, rejoignant le témoignage et le portrait social. Les dispositifs multi-écrans sont conçus avec l’aide d’Antoine Manichon et avec le soutien technique et matériel de l'entreprise ETC London-Paris (Ivry sur Seine) et coordonnés par Christophe Domino. L'orientation documentaire initiale est une proposition de Elke Mittmann pour la Maison de l'architecture du Centre. Le site choisi au centre d'Orléans est un témoin des projets de la Reconstruction.

L’un de ces projets – la projection nocturne sur l’histoire de la reconstruction à Orléans après 1944 a été choisi dans la sélection Prix de la 5ème édition La Nuit de l’Instant. La Nuit de l’Instant propose de porter un autre regard sur les pratiques de la Photographie aujourd’hui. Vidéos, diaporamas, installations, performances, film vont questionner l’image fixe à travers une déambulation dans les rues de Marseille. Le film Voix projetées réalisé par l’artiste Catherine Radosa a été montrée dans ce cadre le 19 avril  au Théâtre de Lenche 4, Place de Lenche à Marseille.

 

Informations sur le film :

VOIX PROJETÉES (2013)
Vidéo HD, son, couleur, n/b (49’56’’)

Jeanne D. se souvient : la Loire qui charriait les cadavres de chevaux, la bombe allemande dans le lit de ses grands-parents, l’Exode en vélo de la jeune fille qu’elle était. Entre archives de la Seconde Guerre Mondiale et paroles contemporaines, la Reconstruction d’Orléans se raconte par le croisement des voix et la confrontation des langages visuels. La ville d’aujourd’hui est dite par la mémoire de l’architecture, les documents photographiques et les réactions d’habitants sollicitées par la réalisatrice. En ouvrant un autre regard sur l’histoire, sur la façon de la rapprocher, de la raconter, le récit est produit par les glissements entre portrait situé, document, représentation subjective et collective constituant une trame narrative ouverte et fragmentée entre les temps et les points de vue.

Le projet a reçu le soutien de la DRAC Centre (aide individuelle à la création).
Produit selon une idée et en partenariat avec La Maison de l’Architecture Centre et Grande Image Lab (ESBA TALM).

Cliquez ici pour visualiser le flyer!

Pour visualiser les films:
Projection 1
Projection 2
Projection 3
Projection 4
Projection 5

En lien
Archives