Conférences
Conférences/
29 oct. 2013
Orléans

La Maison de l’Architecture et les Turbulences – Frac Centre ont organisé la conférence de l’architecte Anne Lacaton à Orléans

Diplômé de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Bordeaux en 1980 et en 1984 en urbanisme de l’Université de Bordeaux, Anne Lacaton s’associe en 1987 à Jean-Philippe Vassal et créent l’agence Lacaton et Vassal.

L’agence est nominée pour l’Équerre d’argent du moniteur en 1996 pour l'université Pierre-Mendès-France de Grenoble et sélectionné en 1997 pour le Ve prix Européen d’Architecture de la Fondation Mies van der Rohe à Barcelone. L’agence est lauréat du Jeune Talent, du ministère de la Culture, en 1999. En 2008 Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal sont lauréats du Grand Prix national de l’architecture. En 2011, Frédéric Druot, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal remportent l'Équerre d'argent pour la réhabilitation de la tour Bois-le-Prêtre à Paris.

La publication parue dans le cadre de la dernière Biennale de Venise en 2012 – Reduce, Reuse, Recycle – Architecture as Ressource (réduire, réutiliser, recycler – architecture comme ressource) met parfaitement au point les différentes démarches de l’agence Lacaton et Vassal qui seront alors présentées lors de la conférence d’Anne Lacaton à Orléans. Depuis les débuts de l’agence l’objective est orienté vers le repérage de toutes les potentialités d’évolution d’un site ou d’un ré-usage des situations architecturales et urbaines existantes.

C’est dans cet esprit que se crée leur première maison, la maison Latapié à Floirac, en Gironde en 1993, mais aussi le Musée archéologique de Saintes (1995), la Place Aucoc à Bordeaux (1996), l’Université Pierre-Mendès-France, UFR arts et sciences humaines à Grenoble (première tranche, 1995 / deuxième tranche, 2001) ou encore les habitations à Mulhouse au sein de la « Cité Manifeste » en 2005.

C’est notamment pour la question du logement sociale que cette dimension de la réutilisation comme requalification présente aujourd’hui un véritable paradigme architectural. Ceci se voit notamment comme une alternative face au programme public engagé pendant la fin des années 1990 qui concerne la déconstruction de grands ensembles de logements des années1960 à 1970.

La transformation des ces bâtiments permet selon l’agence Lacaton & Vassal « de répondre aux besoins de façon plus économique, plus efficace et plus qualitative en prouvant qu’un potentiel de qualité y reste malgré tout associé ». C’est notamment la transformation de la tour Bois-le-Prêtre à Paris, (2009) qui en témoigne par le fait d’avoir crée des surfaces de logements 2 fois plus généreuses, des typologies diversifiées et hors normes et d’avoir reconsidéré la qualité des intérieurs et des espaces communs comme préalable à la création d’une nouvelle qualité urbaine.

Cette approche est aussi valable pour d’autres aménagements tels que l’intervention de l’agence dans les friches du Palais de Tokyo, Paris (2012). Le projet tout à fait singulier pour la requalification de l’un des bâtiments culturels les plus prestigieux en France visait avant tout à « garder les ambiances extraordinaires et de laisser la perception des grands espaces et des perspectives révélées par l’état de «friche» et de profiter de la diversité et la complémentarité des volumétries et des lumières ». Cette approche permettra en même temps d’utiliser le bâtiment dans sa totalité en mettant en valeur la complémentarité des espaces et de la volumétrie afin de devenir « un lieu de confrontation et de non-canonisation».

L’idée d’un contenant ouvert et intelligent, qui fabrique la liberté d’usage, la flexibilité et le renouvellement des projets sans conformisme est aussi valable pour l’un des derniers projets de l’agence : la réalisation emblématique du Frac Nord Pas-de-Calais, situé à proximité du port de Dunkerque, dans une ancienne halle industrielle (halle à bateaux), qui ouvrira en novembre 2013. Ici le bâtiment devient un « catalyseur du nouveau quartier » réconfortant la reconversion du port de Dunkerque. L’ancienne halle sera gardée dans son intégralité. Il s’agit de créer un double de la halle, de même dimension, et qui contient le programme du FRAC. Le bâtiment neuf se juxtapose au bâtiment existent sans l'effacer. Selon l’agence “la duplication est la réponse attentionnée envers l'identité de la halle”.
 

En lien
Archives